Thursday, August 04, 2016

Only kosher restaurant near Tunis shuts down


 Gilles Jacob Lellouche with a poster advertising his restaurant (Photo: Boris Mabillard)


It's been six months since Mamie Lily, the only Jewish restaurant in the Tunis area, was forced to shut down. The alcohol-serving establishment had been an experiment by its owner, Gilles Jacob Lellouche, to revive Tunisian pluralism in the wake of the Arab Spring. Lellouche had stood for parliament and started a cultural project.  But now an increasing jihadist threat has killed the tourist trade and put him on the hitlist. Feature in Le Monde (French - with thanks Ber Fit)

"1980, il y avait 800 juifs ici, 14 synagogues, pour une église et une mosquée. Aujourd’hui, nous ne sommes plus qu’une douzaine et seule une synagogue a survécu », décrit Gilles Jacob Lellouche. La plupart des 2 000 juifs tunisiens vivent à Djerba, dans le sud du pays.
 
« C’est à gauche, au coin ; il y a de grands hibiscus qui dépassent de la grille », indique un passant. Tout le monde connaît Mamie Lily, qui était plus qu’un restaurant : une institution. Herbes folles et buissons ont envahi le jardinet, six mois après la fermeture, il ne reste rien. « C’était le seul restaurant casher de Tunis, un des seuls du monde arabe », mais les menaces ont eu raison de l’audace de Gilles Jacob Lellouche. « La préfecture de police m’a appelé mi-octobre 2015 pour m’avertir du danger. Je figurais sur des listes de cibles potentielles des djihadistes. Ce n’était plus une pression diffuse mais un risque concret. J’étais directement menacé, plus question de rester, pas seulement pour moi mais aussi pour le personnel et les clients. » 

 L’attentat du Musée du Bardo, le 18 mars 2015, et celui survenu trois mois plus tard, le 26 juin, dans la station balnéaire de Port El-Kantaoui, près de Sousse, restent dans tous les esprits. « On sait qu’il y en aura d’autres inévitablement. Peut-être à Tunis ou même ici.  "


 Read article in full (French)

1 comment:

by Davsil said...

Interesting article. Only wish I knew french.