Tuesday, September 08, 2009

Will the Jewish archives finally open to the public?

Farouk Hosni, the Egyptian minister of culture, has finally promised to make accessible Jewish community registers and archives that have been hidden away for 40 years. Point of No Return is posting the full French translation of Jacky Hougi's Hebrew article of 8 September in the mass-circulation daily Maariv (with thanks: Levana):


Après des années de refus, le Ministre de la Culture Egyptien a promis pour la première fois, d'exposer au grand public les documents cachés de la communauté Juive
. Article dans Maariv par Jacky Hougi (traduction de l'hébreu: Levana Zamir):

Le gouvernement Egyptien accepte pour la première fois, d'exposer au public les archives de la Communauté Juive du Caire et d'Alexandrie, qui datent depuis plus de 150 ans: copies des Registres contenant les inscriptions exactes en tout ce qui concerne les naissances, décès et mariages des membres de la Communauté, dont les descendants comptent aujourd'hui plus de 300,000 personnes, seraient déposées à la Bibliothèque Nationale Egyptienne, et exposées au grand public.

La promesse d'exposer les archives fut donnée par la bouche du Ministre de la Culture Egyptienne, Farouk Hosni, aux Représentants de l'Organisation "Nébi Daniel" à Paris, représentant quelques unes des Organisations des Juifs d'Egypte. A ce jour, et pendant de nombreuses années, les Egyptiens refusaient carrément d'ouvrir au grand public les Registres de la Communauté Juive. Hosni (71), qui tient son poste depuis 22 ans, a déposé sa candidature au poste très convoité de Directeur Général de l'UNESCO – organisation de l'ONU pour les sciences, culture et éducation. Dans le passé, Hosni qui se tenait à la tête de l'opposition du Caire à la normalisation avec Israël, avait déclare qu'il serait le dernier à visiter Israël, et que le Sionisme n'a contribué en rien à la culture humaine. Il avait aussi déclaré, que s'il découvrait des livres en hébreu à la Bibliothèque d'Alexandrie, il les brûlerait. Après quoi, il présenta ses excuses.

Le Ministère des Affaires Etrangères Israélien avait essayé de s'opposer à l'élection de Hosni à l'Unesco, mais il y a quatre mois Netanyahu décida, à la demande du Président Hosni Moubarak, de cesser toute opposition à cette élection. En revanche, Farouk Hosni commença à faire "Hazara Bitshouva": il donna ordre de traduire deux livres de la littérature Israélienne, dépêcha les travaux de restauration de la Synagogue Rambam, et déclara ses intentions de restaurer les cimetières Juifs.

Quelques mois après la rencontre Netanyahu-Moubarak, le Ministre de la Culture Egyptien rencontra à Paris Yves Fedida, un des Chefs de l'Organisation "Nébi Daniel". Au cours de cette rencontre, Fedida demanda au Ministre l'autorisation de copier les archives et Registres identitaires, gardés à Alexandrie et au Caire. "Ceci, afin de permettre la recherche généalogique, et l'étude de cette cohabitation exemplaire en terre d'Islam" lui dit Fedida.

Hosni a répondu, dit Fedida: "C’est votre droit et je suis personnellement d’accord pour cela". Hosni reconfirma sa promesse au cours d'une rencontre qu'il eut a son bureau il y a une dizaine de jours, avec Fedida et son collègue Alec Nacamuli.

Les Juifs d'Egypte en Israël et dans la Diaspora, sont maintenant dans l'attente de la réalisation de cette promesse faite par Hosni. En réaction, certaines organisations de Juifs d'Egypte ont annule leur opposition à la candidature de Hosni pour le poste de Directeur Général à l'Unesco. La semaine prochaine, le Comité Directeur de l'Unesco procédera à l'élection parmi les sept candidats.

1 comment:

Eliyahu m'Tsiyon said...

bataween & everybody,

This Hosni character is the same one who boasted about a year or two ago that he would burn Israeli books. So you can't really trust him. But now he wants to be made head of UNESCO, and he's afraid of Jewish opposition. Mubarak wants his favorite bookburner to be chosen as UNESCO head too. So Hosni has decided to make nice to the Jews or Mubarak told him to do so. Not exactly sincere.

So no promise from him is worth anything unless it's in writing. And even then, make sure that the promise wasn't written in invisible or disappearing ink. If he really fulfills his promise, that would be nice of course. But remember:
כבדהו וחשדהו
Honor him and distrust him, as we learn from our tradition.